Voici une liste non exhaustive et non ordonnées des meilleurs conseils pour réussir son entreprise en Thaïlande :

 

1 – Avoir une trésorerie pour les imprévus

Que ce soit en France ou en Thaïlande, créer son entreprise est une aventure à ne pas prendre à la légère, vous pouvez perdre toute vos économies. Même si la Thaïlande vous semble bien plus accessible pour commencer, il ne pas partir la fleur au fusil, avoir plus de trésorerie que ce dont vous avez besoin pour créer votre entreprise vous permettra de faire face aux nombreux imprévus et à vos premiers ratés.

 

2 – Avoir le recule nécessaire pour juger de la situation

Des vacances superbes dans un lieu paradisiaque n’en fait pas automatiquement un lieu d’exception pour une entreprise.

Vous trouverez toujours une exception à la règle, un ami d’un ami, un documentaire sur YouTube, etc… Mais la réalité montre que la majorité des étrangers qui sont venus en Thaïlande pour des vacances et qui ont crée une entreprise sur un coup de tête en sont presque tous repartis ruinés. Ne vous engagez pas après seulement deux semaines de vacances en Thaïlande et de surcroît en haute saison. Essayez de venir à d’autres moments de l’année et à d’autres endroits. Discutez avec des tenanciers surplace pour avoir leur retour d’expérience, négatif comme positif. Gardez bien à l’esprit que la Thaïlande, comme tous les pays, a ses avantages et ses défauts. Ce qui signifie, que si vous voyez la Thaïlande comme votre premier amour du début, alors sachez que vous êtes aveugles et qu’il serait bon de redescendre sur Terre avant de vous engagez, au risque de paniquer aux vus des obstacles une fois sur place. Des vacances superbes dans un lieu paradisiaque n’en fait pas automatiquement un lieu d’exception pour une entreprise.

 

3 – Peser le pour et le contre : soyez honnête avec vous même et vos proches.

En Thaïlande plus qu’en France, vous devez véritablement faire le point et mesurer l’impact de vos choix. La Thaïlande est à 10.000 kms de la France, avec une culture autre que la notre, même s’il s’agit d’un pays capitaliste. Posez-vous les bonnes questions : souhaitez-vous vraiment faire ce nouveau métier ? Mettez-vous votre vie de famille en danger ? Vos proches sont-ils près vous soutenir en cas de besoin immédiat ? Votre conjoint(e) est-il à 100% avec vous sur ce projet ? … Et apportez y des réponses franches, sincères et honnêtes. Se mentir à ce moment là, c’est le payer plus tard.

 

4 – Savoir s’entourer des bonnes relations

Lorsqu’on dit bonnes relations on sous-entend qu’il existe de mauvaises relations. En Thaïlande vous devrez céder 51% des parts de votre entreprise à une personne thaïlandaise. Cette relation est au cœur du succès ou de l’échec de votre entreprise. Choisissez bien la personne avec laquelle vous ferez affaire. Prenez votre temps de comprendre la manière qu’ont les Thaïs de montrer leur gratitude et leur confiance à autrui. Les asiatiques gardent leurs émotions à l’intérieur, un sourie est souvent une simple marque de politesse ou de marketing. Faite une liste des personnes que vous connaissez en Thaïlande et qui peuvent vous aider, vous conseiller ? Avez-vous déjà des contacts avec vos futurs fournisseurs locaux, ou potentiels clients ? Aujourd’hui il faut pouvoir vendre son produit ou service avant de le lancer. Un site internet, une page facebook, des croquis, n’importe quoi qui puisse vous aider a valider votre concept dans l’esprit de vos partenaires locaux.

 

5 – Avoir une relation de confiance avec ses partenaires Thaïlandais.

Ne songez pas une seconde de vous en sortir par haut sans l’aide et le soutient de partenaires locaux.Ce point fait écho au point n° 4, mais il est essentiel de souligner son importance. La qualité de la relation avec le ou les partenaires Thaïs est primordiale voir vitale. Vous devriez pouvoir leur faire confiance et les connaître de manière familière. Cette relation vous permettra de faire le trait d’union entre vous et vos autres partenaires locaux et clients. Ne songez pas une seconde de vous en sortir par haut sans l’aide et le soutient de partenaires locaux.

 

6 – Définissez votre marché et vos concurrents

Un bon marché, c’est un marché avec de bons concurrents.

Essayez de vous positionner dans votre futur marché. Si vous souhaitez ouvrir un hôtel, un bar, un restaurant dans une zone touristique, vous devez garder à l’esprit que vous allez prendre les clients à d’autres entreprises déjà en place. Hiérarchisez qui sont vos concurrents directs, et s’ils sont thaïlandais faites attention à ne pas être trop agressif sur vos prix pour prendre le marché. Personne n’aime les petits nouveaux et vous n’arriverez pas à être plus compétitif que les thaïlandais. Un bon marché, c’est un marché avec de bons concurrents. Ce qui signifie que vous devez comprendre le rôle de vos concurrents. Une rue sans restaurant ne veut pas dire qu’il y a un boulevard pour y installer le votre. Une plage avec uniquement des commerces thaïlandais, doit vous alerter sur l’absence de commerce étranger. Analysez bien la zone dans laquelle vous comptez investir, l’emplacement est le critère n°1, bien avant la qualité ou le prix de vos produits et services.

 

7 – N’essayez pas de changer les thaïlandais

Les Thaïlandais sont des personnes fières de leur pays, de leurs coutumes et de leurs manières de vivre. Vouloir importer en Thaïlande un nouveau concept, un nouveau produit ou service est extrêmement risqué. Privilégiez les valeurs sur tout en étant dans la tendance. N’essayez pas de changer leur façon de consommer, adaptez-vous à leur manière de faire, leurs goûts, leur façon de payer et de découvrir vos produits ou services. Un bon exemple es sans doute la gastronomie japonaise qui y est vue comme raffinée et exotique, face à une cuisine française dont les goûts et les saveurs ne trouvent pas forcément preneur au pays du sourie.

 

8 – Le made in France oui, mais …

Prolongement du point n°7, le made in France est évidement vu comme de la bonne qualité, avec des prix du même acabit. Il existe des restaurants, des hôtels, ou autre services français qui ont pignon sur rue dans toutes les grandes villes de Thaïlande, mais cela ne traduit aucunement une expansion de ces derniers. D’autant que le made in France doit s’accompagner d’un prix relativement élevé avec des produits de qualités. N’essayez pas de vendre aux Thaïlandais des produits bas de gammes avec des prix prohibitifs, vous n’y survivrez pas.

 

9 – Une seule entreprise à la fois : restez focus

Si votre entreprise réussit ce sera uniquement parce que vous y aurez consacré votre temps et votre énergie.

Réussissez ou laissez tomber ! Ne vous éparpillez pas sur plusieurs entreprises à la fois, c’est le meilleur moyen de tout détruire en pompant les bénéfices d’une affaire pour en supporter une autre. Concentrez vous sur votre entreprise, même si d’autres vous proposeront des super plans sans risque et avec des performances dignes des start-up californiennes. Demandez-vous pourquoi un plan comme ça n’a as été fais par des thaïlandais ? Ou pourquoi venir vous cherchez alors que vous êtes encore un amateur qui se débat avec sa propre entreprise ? Si votre entreprise réussit ce sera uniquement parce que vous y aurez consacré votre temps et votre énergie. Par contre si votre entreprise s’effondre à vue d’œil malgré vos efforts, et que vous avez un autre plan, que vous jugez fiable alors il peut s’agir d’une période de transition entre deux entreprises. Vous n’êtes pas Elon Musk, le gars qui lance des fusée dans l’espace et qui révolutionne l’automobile en même temps. Si vous voulez vous lancer quand même dans un seconde affaire, laissez en plan votre première entreprise pendant une semaine, et voyez ce qu’il se passe. Vous aurez votre réponse.

 

10 – Utiliser les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Line)

Votre clientèle utilisera forcément les réseaux sociaux, et en Thaïlande Facebook est le premier d’entre eux. Line est très populaire entre thaïlandais pour communiquer et Instagram pour les photos. Twitter, Pinterest, et consort peuvent être utilisez mais ne sont pas aussi utilisés. Une présence sur internet passe au minimum par les réseaux sociaux, vous ne pourrez pas y couper.

 

11 – Être dans les clous au niveau juridique

Si vous pensez être plus malin que les autorités thaïlandaises en ce qui concerne les visas, et autre déclaration d’entreprise, comptabilité, employés, … Vous risquez d’être sévèrement rappelé à l’ordre un beau jour, ce qui peut vous coûter très cher, surtout si vous avez fait votre vie en Thaïlande. Il existe des moins légaux pour récupérer des parts dans sa propre entreprise et aller au delà des 49% mais ces dispositifs sont chers à mettre en place et à défendre en cas de litige, surtout pour un business de quelques millions de THB. Cela vaut aussi pour les cas d’optimisation fiscale.

 

12 – Privilégiez la clientèle locale

Le secteur du tourisme en Thaïlande est l’un des plus gros contributeur du PIB. Cependant, la clientèle connait un pic de fréquentation sur quelques mois de l’année pour ensuite disparaître jusqu’à l’année d’après. Si votre clientèle est étrangère vous serez directement impactez par la saison touristique. En cas de problème majeur, météo, manque de fréquentation, forte concurrence, … vous ne pourrez pas vous rattraper le reste de l’année. Surtout si vous embarquez léger niveau trésorerie. Une clientèle locale peut, dans une certaine mesure, être étrangère et résidente. De cette manière vous aurez un revenu plus régulier avec des pics durant l’année. Cette stratégie paye le plus à longtemps, puisque le secteur du tourisme, dans certaine zone, est largement saturé.

 

Voilà 12 conseils a lire avant de vous lancer dans l’aventure. La Thaïlande reste un pays avec des possibilités énormes, mais encore faut il être en mesure de les atteindre.

 

RÉDIGER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom