S’il y a un sujet qui revient souvent dans les conversations entre farangs (étrangers occidentaux) c’est la femme Thaïlandaise dans toute sa beauté et sa mentalité. La Thaïlande est, depuis des décennies, une destination phare pour les relations amoureuses mixtes. Pas toujours pour les bonnes raisons mais toujours par un désir partagé. Les Thaïlandaises ont pour réputation de savoir donner aux hommes ce qu’ils veulent pour les garder, malgré la distance qui, parfois, les séparent. A contrario, beaucoup de femmes occidentales ne comprennent pas ce qui rend les Thaïlandaises si attractives, jusqu’à rendre certains hommes ruinés, hagards et hantés par leur vie en Thaïlande.

 

Elles exercent un soft power sur la gente masculine qui n’est plus à démontrer.

Les Thaïlandaises sont connues dans le monde entier pour être des femmes redoutables en amour. Elles savent ce qu’elles veulent et l’obtiennent. Elles exercent un soft power sur la gente masculine qui n’est plus à démontrer. Que ce soit auprès des Thaïlandais ou des Farangs, les Thaïlandaises laissent rarement indifférent celui qui fait l’objet de toutes leurs intentions.

Cependant, le temps du revers de la médaille a sonné, et beaucoup sont les hommes qui retournent dans leur pays respectif avec un sentiment de déception important couplé généralement a une ruine financière partielle, voir dans certains cas extrêmes, une ruine totale. L’image de la jolie femme Thaïlandaise au petit soin en prend un sérieux coup à force d’entendre qu’elles sont vénales, intéressées, fausses, menteuses, hypocrites, …

II est important d’essayer, autant que faire se peut, de catégoriser les femmes Thaïlandaises afin de comprendre de quel type de femme parlons-nous. Nous nous intéressons aux femmes de 20 à 35 ans, venant d’un milieu modeste pour ne pas dire pauvre et rural, et travaillant souvent de près ou de loin pour le secteur touristique (en contact avec du farang). C’est vrai, qu’en catégorisant de la sorte, nous excluons de facto une grande partie de la population féminine de Thaïlande. Cependant, les farangs sont principalement en contact avec ce type de femme.

En Thaïlande, les emplois du secteur touristique (emploi de saisonnier) sont essentiellement accaparés par des populations venant des régions pauvres du pays (comme Isan) vers des zones plus riches grâce aux devises étrangères. En somme, un touriste qui passera des vacances à Phuket a de forte chance d’être accueilli par une réceptionniste venant d’une autre région de Thaïlande, souvent du nord-est. Même chose pour les femmes de chambre, les serveuses, et bien sûr, toutes ces filles travaillant dans le milieu de la nuit. La probabilité de rencontrer une femme venant d’un environnement défavorisé est grande, surtout lorsqu’on se limite aux zones touristiques.

 

Qu’on ne se méprenne pas sur mes intentions. Je ne cherche pas à culpabiliser les étrangers ou à victimiser les Thaïlandaises et vice versa.

Qu’on ne se méprenne pas sur mes intentions. Je ne cherche pas à culpabiliser les étrangers ou à victimiser les Thaïlandaises et vice versa. Mon objectif est d’essayer de poser à plat les motivations de chacun, et surtout de mettre en lumière la raison fondamentale pour laquelle des occidentaux sont près à tout donner à leur nouvelle femme Thaïlandaise, et pour quelle raison les Thaïlandaises semblent jouer un double jeu avec leur farang de mari ?

Il ne s’agit pas uniquement d’une fille pauvre venant d’un milieu rural et qui jalouse consciemment ou inconsciemment la « richesse » de l’étranger. D’autres facteurs sont à prendre en compte. L’idéologie féministe et donc individualiste n’est pas arrivée dans ces territoires. Lorsqu’on est un homme et qu’on apprécie qu’une Thaïlandaise nous fait sentir Homme, c’est souvent pour le meilleur mais aussi pour le pire. Cette femme qui se plie en quatre pour vous et qui vous donne l’ascendant et une position supérieur à elle, exige en retour votre soutien matériel inconditionnel. Avoir une femme de ce calibre n’est pas « gratuit », il impute à l’homme un comportement spécifique de « chef de famille ». Pour une femme pauvre qui a besoin de tout, la question de l’argent est primordiale.

Cependant, on oublie souvent que la structure familiale est différente au sein des pays pauvres. La famille est centrale et les enfants sont redevables. En Thaïlande, il n’y a pas de système de retraite, ou d’assurance maladie comme chez nous. C’est la famille qui se charge d’assurer chacun de ses membres. La jeune femme qui travaille dans une zone touristique enverra une large partie de son salaire à sa famille. Des parents trop vieux pour travailler et souvent des frères et sœurs trop jeunes ou trop fainéants pour participer à l’effort collectif. Cette jeune femme n’a pas fait de grande école et n’a pas de compétence particulière. En Thaïlande, la valeur du diplôme prime sur les compétences. Sa seule échappatoire est une rencontre avec un homme riche. Evidemment, rencontrer des farangs est devenu une activité connue et respectée puisque la famille soutien généralement cette initiative. Par ailleurs, avoir des enfants métisses est aussi plébiscité par la société.

 

L’opportunité que vous lui offrez est tellement belle et tellement désirée depuis des années, que c’est parfois comparable à un gain au Loto.

Vous l’aurez compris, lorsque vous rencontrez ce type de femme, et que vous vous amourachez à elle et réciproquement, il y a de fait, pour elle, un calcul à faire. L’opportunité que vous lui offrez est tellement belle et tellement désirée depuis des années, que c’est parfois comparable à un gain au Loto. La possibilité de changer radicalement de vie dans le bon sens et d’en finir avec les galères et les petits boulots. Pouvoir changer de statut social et de briller devant les copines.

Jusqu’à présent, je dépeins une femme Thaïlandaise vénale. Oui et non. Oui car elle pense à votre patrimoine et à votre compte en banque à chaque seconde et non car ce type de relation amoureuse ne peut pas décemment faire l’impasse de la question d’argent. Le problème vient alors du logiciel amoureux du farang en Thaïlande. A force d’être biberonner à la sauce comédie romantique hollywoodienne et à l’idéologie féministe qui a imposé la vision d’une femme émancipée sur tous les plans, on a fini par baisser notre garde. On a oublié que face à la pauvreté, sans Etat providence et à l’impossibilité brute et froide de pouvoir changer les choses, le mariage avec un bon parti (le prince charmant) est la solution la plus réaliste qui s’offre à ces femmes, avec l’approbation de leur famille.

Une fois qu’elles vous ont repéré, tous les coups sont permis. Elles vous séduiront et se battront pour vous. Elles utiliseront toutes la panoplie de tactiques pour vous toucher là où ça fait mouche, jusqu’à vous retourner le cerveau. Et vous tomberez amoureux à en devenir stupide, comme un adolescent qui ne voit rien venir et qui n’écoute pas les bons conseils de ses amis. Vous deviendrez un véritable cliché ambulant.

Il est facile de crier à la manipulation, au mensonge et à la tromperie. Mais dans la balance de la survie, que ces femmes vivent au quotidien, l’amour a une place prédéfinit, extrêmement précaire et qui coûte cher, alors que pour vous cela devrait être l’unique moteur. Redescendez sur Terre les amis et « prenez votre claque de réalisme » car il n’y a qu’un très faible pourcentage de l‘humanité qui peut se permettre d’oublier sa condition de vie pour penser que l’amour est l’Alpha et l’Omega d’une rencontre amoureuse. Vous avez baissé votre garde alors qu’il faudrait la remonter et vous tenir prêt à repousser certaines de ces femmes, jusqu’à ce que ce soit la bonne.

La Thaïlande n’est pas un pays à part avec une vision différente, c’est plutôt la nôtre qui est largement minoritaire dans ce monde. Il y a quelques générations en arrière, la France fonctionnait sur ce même modèle et je parie que peu de Français de l’époque, se seraient fait plumer en Thaïlande. Aujourd’hui, notre logiciel de pensée a tellement été conforté de bons sentiments amoureux qu’on oublie volontairement la sociologie de base qui est la source de la grande majorité de nos comportements et de nos choix de vie.

 

 

RÉDIGER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom