La Thaïlande n’est certainement pas connue pour ces salaires mirobolants. Du coup, en tant qu’expatrié quel niveau de salaire peut-on espérer au Pays du Sourire ? Même si les entreprises thaïlandaises reconnaissent l’utilité d’embaucher un étranger avec de réelles compétences et une productivité souvent supérieur à ses collègues autochtones, vont-elles pour autant vous payer à prix d’or ?

 

Le salaire minimum pour les Thaïlandais

Le salaire minimum pour les Thaïlandais, l’équivalent du SMIC est de 9.000 THB par mois (soit 225 euros). Il s’agit d’un salaire brut, puisque légalement l’entreprise doit prélever 5% pour la sécurité sociale. A ce niveau de salaire, il est commun de travailler au black en Thaïlande.

Pour vous donner un ordre de grandeur, un manager Thaï peut prétendre à un salaire fixe de 20.000 à 25.000 THB par mois (500 – 600 euros) sans les bonus.

 

Le salaire minimum pour les étrangers

Lorsqu’on est étranger, il existe une grille de salaire minimum légale en Thaïlande :

  • 25.000 THB (625 euros) => Afrique ; Cambodge ; Laos ; Birmanie ; Vietnam
  • 35.000 THB (875 euros) => Chine ; Inde ; Indonésie ; Moyen-Orient ; Philippines
  • 45.000 THB (1.125 euros) => Hong Kong ; Malaisie ; Corée du Sud ; Singapour ; Taïwan
  • 50.000 THB (1.250 euros) => Europe ; UK ; Australie
  • 60.000 THB (1.500 euros) => Canada ; Japon ; USA

Vous l’aurez compris, en tant que Français, vous avez droit à un salaire minimum de 50.000 THB par mois. Je ne vous raconte pas l’ambiance avec vos collègues Thaï qui eux sont à 15.000 THB par mois pour le même travail.

Il ne faut pas se faire d’illusion lorsqu’on vous propose un contrat de travail en Thaïlande, il est fort probable que votre futur employeur essaiera de diminuer ce salaire minimum (50.000 THB), ou qu’il vous demandera de régler les frais de visa, … Il essaiera de vous arnaquer gentiment.

Il n’est pas rare de se voir proposer des postes entre 30.000 et 40.000 THB. C’est à vous de voir et de jauger si cela vos quand même le coup. Car toucher 35.000 THB à Bangkok, lorsqu’on travaille 10 h par jour et avec tous les inconvénients que cela entraîne de vivre et de travailler dans une mégapole surpeuplée et polluée : c’est un choix de vie. Alors que gagner la même somme dans un endroit plus sympa où les loyers sont plus abordables, l’offre peut être vue différemment.

Ne voyez surtout pas ce niveau de salaire comme un maximum à atteindre, mais plutôt, comme un plancher sur lequel vous pouvez négocier vos compétences.

Dans certains cas, même 50.000 THB par mois n’est pas cher payé pour le travail que vous faites. Ne voyez surtout pas ce niveau de salaire comme un maximum à atteindre, mais plutôt, comme un plancher sur lequel vous pouvez négocier vos compétences.

N’oubliez jamais que le coût de la vie à Bangkok est loin d’être si bon marché et que les loyers ont connues une véritable inflation, jusqu’à faire louer des taudis à prix d’or, comme sur Paris.

Enfin, penser à peser le pour et le contre, car, même si les impôts sur le revenu sont faibles voir dans certains cas inexistants, ce salaire ne comprend pas de sécurité sociale, de cotisation chômage ou de retraite. C’est à vous de vous assurer comme il faut. En ce qui concerne les congés payés, la base légale est de 15 jours par an, sans compter les deux grandes périodes de fête chômée (Nouvel an et Songkran). Mais là encore, c’est plus une base légale et non une obligation pour l’employeur. Lors de votre entretien d’embauche, n’oubliez pas qu’il arrive souvent que la première année de travail vous n’avez simplement pas de congés payés. A vous de voir si cela vous convient.

 

Source : thailandlawonline.com

 

RÉDIGER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom