Beaucoup d’entre vous sont revenus de Thaïlande en souhaitant vous offrir pour moins de 100 000 euros une maison avec de bonnes prestations. Suivez notre guide pour éviter les écueils.

 

L’achat d’un appartement (= condominium) Loi condominium act de 1979 => possibilité aux étrangers d’acheter un appartement au sein de résidence condominium ouverte aux dispositifs pour une durée illimitée et en nom propre. Cependant, il faut s’assurer qu’au moins 49% des logements n’ont pas déjà été vendu à des étrangers. Régler la totalité du bien immobilier avec une devise étrangère et depuis un compte en banque français, hors Thaïlande, si vous ne disposez pas de visa de longue durée au Royaume de Siam.  L’achat d’une maison ou d’une villa Premièrement vous ne pouvez pas acheter de terrain en Thaïlande, sauf si vous possédez une autorisation du « Board of Investment » qui le délivre uniquement aux étrangers ayant investi en Thaïlande au moins 1 millions d’euros pendant 5 ans. Cependant, vous pouvez vous être propriétaire de votre maison ou villa. Pour acheter une maison en Thaïlande, il est préférable de louer le terrain pour une durée maximale de 30 ans, renouvelable (à définir avec le propriétaire Thaï du terrain au moment de la signature du contrat), on parle alors de « Leasehold ». Un contrat de location est toujours enregistré auprès des autorités thaïlandaises (Land Department).  Faire traduire en Thaï votre nom ainsi que vos documents liés à votre investissement immobilier. N’achetez pas par vous-même votre bien immobilier, mais passez par des intermédiaires qui parlent votre langue et qui ont des liens importants avec les agences thaïlandaises locales et les propriétaires. Ces intermédiaires peuvent vous représenter et négocier afin d’obtenir un juste prix et des conditions d’achats claires et transparentes. La différence culturelle joue aussi dans ces cas précis, surtout au moment de la rédaction du contrat d’achat (renouvellement du leasehold, revente, …) ou de location d’un bien (caution, dépannage, ...) Il n’y a pas de notaire en Thaïlande, du coup, entourez-vous d’un avocat Thaï avec dans son équipe un francophone. Ce cabinet d’avocat peut vous être recommandé par votre intermédiaire sur place ou par l’ambassade de France. S’assurer que le leasehold (contrat de location sur 30 ans) est enregistré auprès du Land Department.
infographie – www.vivre-en-thailande.net

 

L’achat d’un appartement (= condominium)

Grâce à la loi du Condominium Act de 1979, les étrangers ont la possibilité d’acheter un appartement au sein d’une résidence condominium (ouverte aux étrangers) pour une durée illimitée et en nom propre. Cependant, il faut s’assurer qu’au moins 49% des logements n’ont pas déjà été vendu à des étrangers. Régler la totalité du bien immobilier avec une devise étrangère et depuis un compte en banque français (ou hors Thaïlande), si vous ne disposez pas de visa de longue durée au Royaume de Siam.

L’achat d’une maison ou d’une villa

Premièrement vous ne pouvez pas acheter de terrain en Thaïlande, sauf si vous possédez une autorisation du Board of Investment qui le délivre uniquement aux étrangers ayant investi en Thaïlande au moins 1 millions d’euros pendant 5 ans. Cependant, vous pouvez être propriétaire de votre maison ou villa. Pour acheter une maison en Thaïlande, il est préférable de louer le terrain pour une durée maximale de 30 ans, renouvelable (à définir avec le propriétaire Thaï du terrain au moment de la signature du contrat), on parle alors de Leasehold. Un contrat de location est toujours enregistré auprès des autorités thaïlandaises (Land Department).

Quelques conseils supplémentaires

  • Faire traduire en Thaï votre nom ainsi que vos documents liés à votre investissement immobilier.
  • N’achetez pas par vous-même votre bien immobilier, mais passez par des intermédiaires qui parlent votre langue et qui ont des liens importants avec les agences thaïlandaises locales et les propriétaires. Ces intermédiaires peuvent vous représenter et négocier afin d’obtenir un juste prix et des conditions d’achats claires et transparentes. La différence culturelle joue aussi dans ces cas précis, surtout au moment de la rédaction du contrat d’achat (renouvellement du leasehold, revente, …) ou de location d’un bien (caution, dépannage, …)
  • Il n’y a pas de notaire en Thaïlande, du coup, entourez-vous d’un avocat Thaï avec dans son équipe un francophone. Ce cabinet d’avocat peut vous être recommandé par votre intermédiaire sur place ou par l’ambassade de France.
  • S’assurer que le leasehold (contrat de location sur 30 ans) est enregistré auprès du Land Department.

 

 

Logo du site immobilier www.chiangmai-properties.net
Logo – Chiangmai-properties.net

Notre partenaire Chiangmai-properties.net peut vous aider à investir dans le Nord de la Thaïlande et être votre intermédiaire de confiance sur place grâce à son équipe Franco-thaïlandaise. Visitez leur site internet : www.chiangmai-properties.net

 

RÉDIGER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom